"Lisez cette œuvre et faites-la lire"
Jésus (Chapitre 38, Volume 10 ) à propos de
l’Évangile tel qu’il m’a été révélé.

L'Évangile de la Messe St Pie V
et l’Évangile tel qu’il m’a été révélé de Maria Valtorta.
Print Friendly and PDF

Dimanche 29 octobre 2016, Fête du Christ-Roi

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 18,33-37.
En ce temps-là , Pilate dit à Jésus : « Tu es le roi des Juifs ?»
Jésus répondit: « Dis-tu cela de toi-même, ou d'autres te l'ont-ils dit de moi ?»
Pilate répondit: « Est-ce que je suis Juif ? Ta nation et les chefs des prêtres t'ont livré à moi: qu'as-tu fait ?»
Jésus répondit: « Mon royaume n'est pas de ce monde; si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour que je ne fusse pas livré aux Juifs, mais maintenant mon royaume n'est point d'ici-bas.»
Pilate lui dit: « Tu es donc roi ?» Jésus répondit: « Tu le dis, je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité: quiconque est de la vérité écoute ma voix.»
Extrait de la Traduction de l'évangile selon le missel catholique Romain Tridentin.
Correspondance dans "l’Évangile tel qu'il m'a été révélé" de Maria Valtorta : Tome 9, Ch 22, p 225 - CD 9, piste 84 -
(...) Jésus entre au Prétoire au milieu des dix lanciers qui forment un carré de hallebardes autour de sa personne. Les deux centurions vont en avant. Jésus s'arrête dans un large atrium, au-delà duquel se trouve une cour que l'on entrevoit derrière un rideau que le vent déplace; eux disparaissent derrière une porte. Ils rentrent avec le Gouverneur vêtu d'une toge très blanche sur laquelle il y a pourtant un manteau écarlate. C'est peut-être ainsi qu'ils étaient quand ils représentaient officiellement Rome. Il entre indolemment, avec un sourire sceptique sur son visage rasé, il frotte entre ses mains des feuilles de cédrat et les flaire avec volupté. Il va vers un cadran solaire et se retourne après l'avoir regardé. Il jette des grains d'encens dans un brasier placé aux pieds d'une divinité. Il se fait apporter de l'eau de cédrat et se gargarise. Il regarde sa coiffure toute bouclée dans un miroir de métal très propre. Il semble avoir oublié le condamné qui attend son approbation pour qu'on le tue. Il ferait venir la colère même à des pierres. Comme l'atrium est complètement ouvert par devant et surélevé de trois hautes marches sur le niveau du vestibule, qui s'ouvre sur la rue déjà surélevé de trois autres marches par rapport à celle-ci, les hébreux voient tout parfaitement et frémissent, mais ils n'osent pas se rebeller par peur des lances et des javelots. Finalement, après avoir marché en long et en large dans la vaste pièce, Pilate va directement en face de Jésus, le regarde et demande aux deux centurions: “Celui-ci?” “Celui-ci.” “Que viennent ses accusateurs” et il va s'asseoir sur un siège placé sur une estrade. Sur sa tête les insignes de Rome s'entrecroisent avec leurs aigles dorées et leur sigle puissant. “Ils ne peuvent pas venir. Ils se contaminent.” “Heu!!! Cela vaut mieux. Nous épargnerons des fleuves d'essences pour enlever l'odeur de bouc à l'endroit. Faites-les approcher au moins. Ici dessous, et faites attention qu'ils n'entrent pas puisqu'ils ne veulent pas le faire. Cet homme peut être un prétexte pour une sédition.” Un soldat s'en va porter l'ordre du Procurateur romain. Les autres s'alignent sur le devant de l'atrium à des distances régulières, beaux comme neuf statues de héros. S'avancent les princes des prêtres, les scribes et les anciens et ils saluent avec des courbettes serviles et ils s'arrêtent sur la petite place qui est devant le Prétoire, au-delà des trois gradins du vestibule. “Parlez et soyez brefs. Déjà vous êtes en faute pour avoir troublé la nuit et obtenu par la force l'ouverture des portes. Mais je contrôlerai. Et mandants et mandataires répondront de la désobéissance au décret.” Pilate est allé vers eux, tout en restant dans le vestibule. “Nous venons soumettre à Rome, dont tu représentes le divin empereur, notre jugement sur celui-ci.” “Quelle accusation portez-vous contre Lui? Il me semble inoffensif…” “Si ce n'était pas un malfaiteur, nous ne te l'aurions pas amené.” Et dans leur désir violent d'accuser, ils s'avancent. “Repoussez cette plèbe! Six pas au-delà des gradins de la place. Les deux centuries aux armes!” Les soldats obéissent rapidement en s'alignant cent sur le gradin extérieur le plus haut, avec le dos tourné au vestibule, et cent sur la petite place sur laquelle s'ouvre le portail d'entrée à la demeure de Pilate. J'ai dit portail d'entrée: je devrais dire andron ou arc de triomphe parce que c'est une très vaste ouverture bornée par une grille, maintenant grande ouverte, qui permet d'entrer dans l'atrium grâce au long couloir du vestibule large au moins de six mètres, de sorte que l'on voit bien ce qui arrive dans l'atrium surélevé. Au-delà du vaste vestibule on voit les figures bestiales des juifs qui regardent menaçantes et sataniques vers l'intérieur, qui regardent au-delà de la barrière armée qui, coude à coude, comme pour une parade, présente deux cents pointes de lances aux lâches assassins. “Quelle accusation portez-vous contre Lui? Je le répète.” “Il a commis un crime contre la Loi des pères.” “Et vous venez me déranger pour cela? Prenez-le vous et jugez-le selon vos lois.” “Nous ne pouvons pas mettre quelqu'un à mort. Nous ne sommes pas savants. Le Droit hébraïque n'est qu'un enfant déficient devant le Droit parfait de Rome. Comme ignorants et comme sujets de Rome, notre maîtresse, nous avons besoin…” “Depuis quand êtes vous miel et beurre?… Mais vous avez dit une vérité, ô maîtres du mensonge! Vous avez besoin de Rome! Oui. Pour vous débarrasser de Lui qui vous gêne. J'ai compris.” Et Pilate rit en regardant le ciel serein qui s'encadre comme un ruban rectangulaire de turquoise foncée entre les blancs murs de marbre de l'atrium. “Dites: en quoi a-t-il commis un crime contre vos lois?” “Nous avons trouvé qu'il mettait le désordre dans notre nation et qu'il empêchait de payer le tribut à César, en se disant le Christ, roi des juifs.” Pilate retourne près de Jésus, qui est au milieu de l'atrium, laissé là par les soldats lié mais sans escorte tant apparaît nettement sa douceur. Et il Lui demande: “Es-tu le roi des juifs?” “Le demandes-tu de toi-même ou parce que d'autres l'insinuent?” “Et que veux que m'importe ton royaume? Suis-je juif, par hasard? Ta nation et ses chefs t'ont livré pour que je juge. Qu'as-tu fait? Je sais que tu es loyal. Parle. Est-ce vrai que tu aspires à régner?” “Mon Royaume n'est pas de ce monde. Si c'était un royaume du monde, mes ministres et mes soldats auraient combattu pour que les juifs ne s'emparent pas de Moi. Mais mon Royaume n'est pas de la Terre et tu sais que je n'aspire pas au pouvoir.” “C'est vrai. Je le sais, on me l'a dit. Mais tu ne nies pas que tu es roi?” “Tu le dis. Je suis Roi. C'est pour cela que je suis venu au monde: pour rendre témoignage à la Vérité. Qui est ami de la vérité écoute ma voix.” “Et qu'est-ce que c'est la vérité? Tu es philosophe? Cela ne sert pas devant de la mort. Socrate est mort quand même.” “Mais cela lui a servi devant la vie, à bien vivre et aussi à bien mourir. Et à entrer dans la seconde vie sans avoir trahi les vertus civiques.” “Par Jupiter!” Pilate le regarde un moment avec admiration, puis il reprend son sarcasme sceptique. Il fait un geste d'ennui, Lui tourne le dos, et revient vers les juifs. “Je ne trouve en Lui aucune faute.” La foule se déchaîne, prise par la panique de perdre sa proie et le spectacle du supplice. Elle crie: “C'est un rebelle!”, “Un blasphémateur!”, “Il encourage le libertinage!”, “Il pousse à la rébellion!”, “Il refuse le respect à César!”, “Il veut se faire passer pour prophète”, “Il fait de la magie”, “C'est un satan”, “Il soulève le peuple avec ses doctrines en les enseignant dans toute le Judée, à laquelle il est venu de la Galilée en enseignant”, “A mort!”, “A mort!” “Il est galiléen? Tu es galiléen?” Pilate revient vers Jésus: “Tu les entends comme ils t'accusent? Disculpe-toi.” Mais Jésus se tait. Pilate réfléchit… Et il décide. “Une centurie, et qu'on le conduise à Hérode. Qu'il le juge, c'est son sujet. Je reconnais le droit du Tétrarque et je souscris à l'avance à son verdict. Qu'on le lui dise. Allez.” Jésus, encadré comme un gredin par cent soldats, traverse de nouveau la ville et rencontre de nouveau Judas Iscariote qu'il avait déjà rencontré une fois près d'un marché. J'avais oublié auparavant de le dire, écœurée par la bagarre de la populace. Même regard de pitié sur le traître… Maintenant il est plus difficile de Lui donner des coups de pieds et de bâtons, mais les pierres et les immondices ne manquent pas et, si les pierres font seulement du bruit sur les casques et les cuirasses des romains, elles laissent des marques quand elles atteignent Jésus qui s'avance avec son seul vêtement, ayant laissé son manteau au Gethsémani. En entrant dans le fastueux palais d'Hérode, il voit Chouza… qui ne peut le regarder et qui fuit pour ne pas le voir dans cet état en se couvrant la tête de son manteau. Le voilà dans la salle, devant Hérode. Et derrière Lui voilà les scribes et les pharisiens, qui ici se sentent à leur aise, qui entrent en qualité de faux accusateurs. Seul le centurion avec quatre soldats l'escortent devant le Tétrarque. Celui-ci descend de son siège et tourne autour de Jésus en écoutant les accusations de ses ennemis. Il sourit et raille. Puis il feint une pitié et un respect qui ne troublent pas le Martyr, comme ne l'ont pas troublé les railleries. “Tu es grand, je le sais. Et je me suis réjoui que Chouza soit ton ami et Manaën ton disciple. Moi… les soucis de l'État… Mais quel désir de te dire: grand… de te demander pardon… L'œil de Jean… sa voix m'accusent et sont toujours devant moi. Tu es le saint qui efface les péchés du monde. Absous-moi, ô Christ.” Jésus se tait. “J'ai entendu qu'ils t'accusent de t'être dressé contre Rome. Mais n'es-tu la verge promise pour frapper Assur?” Jésus se tait. “On m'a dit que tu prophétises la fin du Temple et de Jérusalem. Mais le Temple n'est-il pas éternel comme esprit, puisqu'il est voulu par Dieu qui est éternel?” Jésus se tait. “Tu es fou? Tu as perdu ton pouvoir? Satan te coupe la parole? Il t'a abandonné?” Hérode rit maintenant, mais ensuite il donne un ordre. Et des serviteurs accourent amenant un lévrier dont la jambe est cassée et qui glapit lamentablement, et un palefrenier idiot dont la tête est pleine d'eau, qui bave, un avorton, jouet des serviteurs. Les scribes et les prêtres fuient en criant au sacrilège en voyant le chien sur un brancard. Hérode, faux et railleur, explique: “C'est le préféré d'Hérodiade. Un cadeau de Rome. Il s'est cassé une patte hier et elle pleure. Commande qu'il guérisse. Fais un miracle.” Jésus le regarde avec sévérité et se tait. “Je t'ai offensé? Alors celui-ci. C'est un homme, bien qu'il soit de peu plus qu'une bête. Donne-lui l'intelligence, Toi, Intelligence du Père… N'est-ce pas ce que tu dis?” Et il rit, offensant. Un autre regard plus sévère de Jésus et silence. “Cet homme est trop abstinent et maintenant il est abruti par les mépris. Du vin et des femmes ici, et qu’on le délie.” On le délie. Et pendant que des serviteurs en grand nombre apportent des amphores et des coupes, des danseuses entrent… couvertes de rien. Une frange multicolore de lin ceint pour unique vêtement leur mince personne de la ceinture aux hanches. Rien d'autre. Bronzées parce que africaines, souples comme de jeunes gazelles, elles commencent une danse silencieuse et lascive. Jésus repousse les coupes et il ferme les yeux sans parler. La cour d'Hérode rit devant son indignation. “Prends celle que tu veux. Vis! Apprends à vivre!…” Insinue Hérode. Jésus semble une statue. Les bras croisés, les yeux fermés, il ne bouge pas même quand les danseuses impudiques le frôlent de leurs corps nus. “Suffit. Je t'ai traité en Dieu et tu n'as pas agi en Dieu. Je t'ai traité en homme et tu n'as pas agi en homme. Tu es fou. Un vêtement blanc. Revêtez-le de celui-ci pour que Ponce Pilate sache que le Tétrarque a jugé fou son sujet. Centurion, tu diras au Proconsul que Hérode lui présente humblement son respect et vénère Rome. Allez.” Et Jésus, attaché de nouveau, sort avec une tunique de lin qui Lui arrive aux genoux par dessus son vêtement rouge de laine. Et ils reviennent vers Pilate. Maintenant la centurie fend non sans peine la foule qui ne s'est pas lassée d'attendre devant le palais proconsulaire. Il est étrange de voir une foule si nombreuse en ce lieu et dans le voisinage, alors que le reste de la ville paraît vide. Jésus voit les bergers en groupe et ils sont au complet: Isaac, Jonathas, Lévi, Joseph, Élie, Mathias, Jean, Siméon, Benjamin et Daniel, avec un petit groupe de galiléens où je reconnais Alphée et Joseph d'Alphée, avec deux autres que je ne connais pas, mais que je dirais juifs à cause de leur coiffure. Et plus loin, qui s'est glissé à l'intérieur du vestibule à demi caché derrière une colonne, avec un romain que je dirais un serviteur, il voit Jean. Il sourit à celui-ci et à ceux-là… Ses amis… Mais que sont ces amis si peu nombreux et Jeanne, et Manaën, et Chouza au milieu d'un océan de haine qui bout?… Le centurion salue Ponce Pilate et fait son rapport. “Ici encore?! Ouf! Maudite race! Faites avancer la populace et amenez ici l'Accusé. Heu! Quel ennui!” Il va vers la foule en s'arrêtant toujours au milieu du vestibule. “Hébreux, écoutez. Vous m'avez amené cet homme comme fauteur de troubles. Devant vous je l'ai examiné, et je n'ai trouvé en Lui aucun des crimes dont vous l'accusez. Hérode pas plus que moi n'a rien trouvé. Et il nous l'a renvoyé. Il ne mérite pas la mort. Rome a parlé. Cependant, pour ne pas vous déplaire en vous enlevant votre amusement, je vais vous donner Barabbas. Et Lui, je le ferai frapper par quarante coups de fustigation. Cela suffit.” “Non, non! Pas Barabbas! Pas Barabbas! Pour Jésus la mort! Une mort horrible! Libère Barabbas et condamne le Nazaréen.” “Écoutez! J'ai dit fustigation. Cela ne suffit pas? Je vais le faire flageller alors! C'est atroce, savez-vous? On peut en mourir. Qu'a-t-il fait de mal? Je ne trouve aucune faute en Lui et je le délivrerai.” “Crucifie-le! Crucifie-le! À mort! Tu protèges les criminels! Païen! Satan toi aussi!” La foule s'avance par dessous et le premier rang de soldats se déforme dans le heurt car ils ne peuvent se servir de leurs lances. Mais le second rang, descendant d'un gradin, fait tourner les lances et dégage ses compagnons. “Qu'il soit flagellé” commande Pilate à un centurion. “Combien de coups?” “Autant qu'il te semble… Le tout est d'en finir. Et je suis ennuyé. Va.” Jésus est emmené par quatre soldats dans la cour au-delà de l'atrium. Dans cette cour, toute pavée de marbre de couleur, il y a au milieu une haute colonne semblable à celle du portique. À environ trois mètres du sol elle a un bras de fer qui dépasse d'au moins d'un mètre et se termine en anneau. On y attache Jésus avec les mains jointes au-dessus de la tête, après l'avoir fait déshabiller. Il ne garde qu'un petit caleçon de lin et ses sandales. Les mains, attachées aux poignets, sont élevées jusqu'à l'anneau, de façon que Lui, malgré sa haute taille, n'appuie au sol que la pointe des pieds… Et cette position doit être aussi une torture. J'ai lu, je ne sais où, que la colonne était basse et que Jésus se tenait courbé. Possible. Moi, je dis ce que je vois. Derrière Lui se place une figure de bourreau au net profil hébraïque, devant Lui une autre figure pareille. Ils sont armés d'un fouet fait de sept lanières de cuir, attachées à un manche et qui se terminent par un martelet de plomb. Rythmiquement, comme pour un exercice, ils se mettent à frapper. L'un devant, l'autre derrière, de manière que le tronc de Jésus se trouve pris dans un tourbillon de coups de fouets. Les quatre soldats auxquels il a été remis, indifférents, se sont mis à jouer aux dés avec trois autres soldats qui se sont joints à eux. Et les voix des joueurs suivent la cadence des fouets qui sifflent comme des serpents et puis résonnent comme des pierres jetées sur la peau tendue d'un tambour. Ils frappent le pauvre corps si mince et d'un blanc de vieil ivoire et qui se zèbre d'abord d'un rose de plus en plus vif, puis violet, puis il se couvre de traces d'indigo gonflées de sang, qui se rompent en laissant couler du sang de tous côtés. Ils frappent en particulier le thorax et l'abdomen, mais il ne manque pas de coups donnés aux jambes et aux bras et même à la tête, pour qu'il n'y eût pas un lambeau de la peau qui ne souffrît pas. Et pas une plainte… S'il n'était pas soutenu par les cordes, il tomberait. Mais il ne tombe pas et ne gémit pas. Seulement, après une grêle de coups qu'il a reçus, sa tête pend sur sa poitrine comme s'il s'évanouissait. “Ohé! Arrête-toi! Il doit être tué vivant” crie et bougonne un soldat. Les deux bourreaux s'arrêtent et essuient leur sueur. “Nous sommes épuisés” disent-ils. “Donnez-nous la paie, pour que l'on puisse boire pour se désaltérer…” “C'est la potence que je vous donnerais! Mais prenez…!” et le décurion jette une large pièce à chacun des deux bourreaux. “Vous avez travaillé comme il faut. Il ressemble à une mosaïque. Tito, tu dis que c'était vraiment Lui l'amour d'Alexandre? Alors nous le lui ferons savoir pour qu'il en fasse le deuil. Délions-le un peu.” Ils le délient et Jésus s'abat sur le sol comme s'il était mort. Ils le laissent là, le heurtant de temps en temps de leurs pieds chaussés de caliges pour voir s'il gémit. Mais Lui se tait. “Qu'il soit mort? C'est possible? Il est jeune et c'est un artisan, m'a-t-on dit… et on dirait une dame délicate.” “Maintenant je m'en occupe” dit un soldat. Et il l'assoit, le dos appuyé à la colonne. Où il était, il y a des caillots de sang… Puis il va à une fontaine qui coule sous le portique, remplit d'eau une cuvette et la renverse sur la tête et le corps de Jésus. “Voilà! L'eau fait du bien aux fleurs.” Jésus soupire profondément et il va se lever, mais il reste encore les yeux fermés. “Oh! bien! Allons, mignon! Ta dame t'attend!…” Mais Jésus appuie inutilement les mains au sol pour tenter de se redresser. “Allons! Vite! Tu es faible? Voilà pour te redonner des forces” raille un autre soldat. Et avec le manche de sa hallebarde il Lui donne une volée de coups au visage et il atteint Jésus entre la pommette droite et le nez, qui se met à saigner. Jésus ouvre les yeux, les tourne. Un regard voilé… Il fixe le soldat qui l'a frappé, s'essuie le sang avec la main, et ensuite se lève grâce à un grand effort. “Habille-toi. Ce n'est pas décent de rester ainsi. Impudique!” Et ils rient tous en cercle autour de Lui. Il obéit sans parler. Il se penche, et Lui seul sait ce qu'il souffre en se penchant vers le sol, couvert de contusions comme il l'est et avec des plaies qui lorsque la peau se tend s'ouvrent plus encore et d'autres qui se forment à cause des cloques qui crèvent. Un soldat donne un coup de pied aux vêtements et les éparpille et chaque fois que Jésus les rejoint, allant en titubant où ils sont tombés, un soldat les repousse ou les jette dans une autre direction. Et Jésus, qui éprouve une souffrance aiguë, les suit sans dire un mot pendant que les soldats se moquent de Lui en tenant des propos obscènes. Il peut finalement se revêtir. Il remet aussi le vêtement blanc resté propre dans un coin. Il semble qu'il veuille cacher son pauvre vêtement rouge, qui hier seulement était si beau et qui maintenant est sale et taché par le sang versé au Gethsémani. Et même, avant de mettre sa tunicelle sur la peau, il essuie avec elle son visage mouillé et le nettoie ainsi de la poussière et des crachats. Et lui, le pauvre, le saint visage, apparaît propre, marqué seulement de bleus et de petites blessures. Il redresse sa coiffure tombée en désordre, et sa barbe, par un besoin inné d'être ordonné dans sa personne. Et puis il s'accroupit au soleil, car il tremble, mon Jésus… La fièvre commence à se glisser en Lui avec ses frissons, et aussi se fait sentir la faiblesse venant du sang perdu, du jeûne, du long chemin. On Lui lie de nouveau les mains, et la corde revient scier là où il y a déjà un rouge bracelet de peau écorchée. “Et maintenant? Qu'en faisons-nous? Moi, je m'ennuie!” “Attends. Les juifs veulent un roi, nous allons le leur donner. Celui-là…” dit un soldat. Et il court dehors, certainement dans une cour qui se trouve derrière, d'où il revient avec un fagot de branches d'aubépine sauvage. Elles sont encore flexibles car le printemps garde les branches relativement souples, mais bien dures avec leurs épines longues et pointues. Avec leur dague ils enlèvent les feuilles et les fleurettes, ils plient les branches en forme de cercle et les enfoncent sur la pauvre tête. Mais la couronne barbare Lui retombe sur le cou. “Elle ne tient pas. Plus étroite. Enlève-la.” Ils l'enlèvent et griffent les joues en risquant de l'aveugler et arrachent ses cheveux en le faisant. Ils la resserrent. Maintenant elle est trop étroite et bien qu'ils l'enfoncent en faisant pénétrer les épines dans la tête, elle menace de tomber. Ils l'enlèvent de nouveau en Lui arrachant d'autres cheveux. Ils la modifient de nouveau. Maintenant, elle va bien. Par devant un triple cordon épineux. En arrière, là où les extrémités des branches se croisent, c'est un vrai nœud d'épines qui entrent dans la nuque. “Vois-tu comme tu es bien? Bronze naturel et vrais rubis. Regarde-toi, ô roi, dans ma cuirasse” bougonne celui qui a eu l'idée du supplice. “La couronne ne suffit pas pour faire un roi. Il faut la pourpre et le sceptre. Dans l'écurie il y a un roseau et aux ordures une chlamyde rouge. Prends-les, Cornelius.” Et quand ils les ont, ils mettent le sale chiffon rouge sur les épaules de Jésus. Avant de mettre dans ses mains le roseau, ils Lui en donnent des coups sur la tête en s'inclinant et en saluant: “Salut, roi des juifs” et ils se tordent de rire. Jésus les laisse faire. Il se laisse asseoir sur le “trône”, un bassin retourné, certainement employé pour abreuver les chevaux. Il se laisse frapper, railler, sans jamais parler. Il les regarde seulement… et c'est un regard d'une douceur et d'une souffrance si atroce que je ne puis le soutenir sans m'en sentir blessée au cœur. Les soldats n'arrêtent leurs railleries qu'en entendant la voix âpre d'un supérieur qui demande que l'on traduise devant Pilate le coupable. Coupable! De quoi? Jésus est ramené dans l'atrium maintenant couvert d'un précieux vélarium à cause du soleil. Il a encore la couronne et le roseau et la chlamyde. “Avance que je te montre au peuple.” Jésus, bien que brisé, se redresse avec dignité. Oh! comme il est vraiment roi! “Écoutez, hébreux. L'homme est ici, je l'ai puni. Mais maintenant laissez-le aller.” “Non, non! Nous voulons le voir! Dehors! Que l'on voie le blasphémateur.” “Conduisez-le dehors et veillez à ce que l'on ne le prenne pas.” Et pendant que Jésus sort dans le vestibule et se montre dans le carré des soldats, Ponce Pilate le montre de la main en disant: “Voilà l'homme. Votre roi. Cela ne suffit pas encore?” Le soleil d'une journée accablante, qui maintenant descend presque à pic car on est au milieu entre tierce et sexte, allume et met en relief les regards et les visages. Sont-ils des hommes? Non, des hyènes enragées. Ils crient, montrent le poing, demandent la mort… Jésus est debout. Et je vous assure que jamais il n'a eu la noblesse de maintenant. Pas même quand il faisait les miracles les plus puissants. Noblesse de la souffrance. Mais il est tellement divin qu'il suffirait à le marquer du nom de Dieu. Mais pour dire ce nom il faut être au moins des hommes. Et Jérusalem n'a pas d'hommes aujourd'hui. Elle n'a que des démons. Jésus tourne son regard vers la foule, cherche, trouve dans la mer des visages haineux, les visages amis. Combien? Moins de vingt amis parmi les milliers d'ennemis… Et il incline la tête, frappé par cet abandon. Une larme tombe… une autre… une autre… la vue de ses pleurs ne suscite pas la pitié, mais une haine encore plus forte. On le ramène dans l'atrium. “Donc? Laissez-le aller. C'est justice.” “Non. À mort! Crucifie-le.” “Je vous donne Barabbas.” “Non. Le Christ!” “Et alors chargez-vous-en. Prenez sur vous de le crucifier, car moi je ne trouve aucune faute en Lui, pour le faire.” “Il s'est dit le Fils de Dieu. Notre loi prescrit la mort pour celui qui se rend coupable d'un tel blasphème.” Pilate devient pensif. Il rentre, il s'assoit sur son petit trône. Il met la main à son front, son coude sur son genoux, et il scrute Jésus. “Approche-toi” dit-il. Jésus va au pied de l'estrade. “Est-ce vrai? Réponds.” Jésus se tait. “D'où viens-tu? Qu'est-ce que Dieu?” “C'est le Tout.” “Et puis? Que veut dire le Tout? Qu'est le Tout pour celui qui meurt? Tu es fou… Dieu n'existe pas. Moi, j'existe.” Jésus se tait. Il a laissé tomber la grande parole et puis il recommence à s'envelopper de silence. “Ponce: l'affranchie de Claudia Procula demande à entrer. Elle a un écrit pour toi.” “Domine! Les femmes aussi maintenant! Qu'elle vienne.” Une romaine entre et elle s'agenouille pour présenter une tablette de cire. Ce doit être celle où Procula prie son mari de ne pas condamner Jésus. La femme se retire à reculons pendant que Pilate lit. “On me conseille d'éviter ton homicide. Est-ce vrai que tu es plus qu'un haruspice? Tu me fais peur.” Jésus se tait. “Mais ne sais-tu pas que j'ai le pouvoir de te libérer ou de te crucifier?” “Tu n'aurais aucun pouvoir s'il ne t'avait été donné d'en haut. Aussi celui qui m'a mis entre tes mains est plus coupable que toi.” “Qui est-ce? Ton Dieu? J'ai peur…” Jésus se tait. Pilate est sur des charbons ardents: il voudrait et ne voudrait pas. Il craint le châtiment de Dieu, il craint celui de Rome, il craint la vengeance des juifs. Un moment c'est la peur de Dieu qui l'emporte. Il va sur le devant de l'atrium et dit d'une voix tonnante: “Il n'est pas coupable.” “Si tu le dis, tu es ennemi de César. Celui qui se fait roi est son ennemi. Tu veux libérer le nazaréen. Nous le ferons savoir à César.” Pilate est pris par la peur de l'homme. “Vous voulez sa mort, en somme? Soit! Mais que le sang de ce juste ne soit pas sur mes mains” et, s'étant fait apporter un bassin, il se lave les mains en présence du peuple qui paraît pris de frénésie et crie: “Sur nous, sur nous son sang. Qu'il retombe sur nous et sur nos enfants. Nous ne le craignons pas. À la croix! À la croix!” Ponce Pilate retourne sur son trône, il appelle le centurion Longin et un esclave. Il se fait apporter par l'esclave une table sur laquelle il appuie une pancarte et y fait écrire: “Jésus Nazaréen, Roi des juifs.” Et il la montre au peuple. “Non, pas ainsi. Pas roi des Juifs, mais qu'il a dit qu'il serait roi des Juifs.” Ainsi crient plusieurs. “Ce que j'ai écrit, je l'ai écrit” dit durement Pilate, et debout, il étend les mains les paumes en avant et en bas et ordonne: “Qu'il aille à la croix. Soldat, va, prépare la croix.” Et il descend, sans même plus se retourner vers la foule agitée, ni vers le pâle Condamné. Il sort de l'atrium… Jésus reste au milieu de l'atrium sous la garde des soldats, attendant la croix. Soirée du 7-3-44. A qui puis-je dire ce que je souffre? À personne de cette Terre car ce n'est pas une souffrance de la Terre et elle ne serait pas comprise. C'est une souffrance qui est douceur et une douceur qui est souffrance. Je voudrais souffrir dix fois, cent fois autant. Pour rien au monde je voudrais ne plus souffrir cela. Mais cela n'empêche pas que je souffre comme quelqu'un qu'on prend à la gorge, qu'on serre dans un étau, qu'on brûle dans un four, qu'on transperce jusqu'au cœur. S'il m'était permis de me mouvoir, de m'isoler de tout le monde et de pouvoir, dans le mouvement et le chant, donner un soulagement à mon sentiment, puisque c'est une souffrance de sentiment, j'en serais soulagée. Mais je suis comme Jésus sur la croix. Il ne m'est plus accordé ni mouvement ni solitude et je dois serrer les lèvres pour ne pas donner en pâture aux curieux ma douce agonie. Serrer les lèvres, ce n'est pas une façon de parler! Je dois faire un grand effort pour maîtriser l'impulsion qui me porte à pousser le cri de joie et de peine surnaturelle qui fermente en mon intérieur et monte avec l'impétuosité d'une flamme ou d'un jet d'eau. Les yeux voilés de souffrance de Jésus: Ecce Homo, m'attirent comme un aimant. Il est en face de moi et il me regarde debout sur les gradins du Prétoire, avec sa tête couronnée, les mains liées sur son vêtement blanc de fou avec lequel ils voulaient le ridiculiser et au contraire ils l'ont vêtu d'une candeur digne de l'Innocent. Il ne parle pas. Mais tout en Lui parle et m'appelle et me demande. Que demande-t-il? Que je l'aime. Cela je le sais et le Lui donne au point de me sentir mourir comme si j'avais une lame dans la poitrine. Mais il me demande encore quelque chose que je ne comprends pas, et que je voudrais comprendre. Voilà ma torture. Je voudrais Lui donner tout ce qu'il peut désirer même si je dois mourir de douleur. Et je n'y réussis pas. Son visage douloureux m'attire et me fascine. Il est beau quand il est le Maître ou le Christ ressuscité. Mais cette vue me donne seulement de la joie, alors que cette autre me donne un amour profond, plus profond que ne peut l'être l'amour d'une mère pour son enfant souffrant. Oui, je le comprends. L'amour de compassion c'est la crucifixion de la créature qui suit le Maître jusqu'à la torture finale. C'est un amour despotique qui nous interdit toute pensée qui n'est pas celle de sa douleur. Nous ne nous appartenons plus. Nous vivons pour consoler sa torture et sa torture est notre tourment qui nous tue, pas seulement métaphoriquement. Et pourtant toute larme que nous arrache la douleur est plus précieuse qu'une perle et toute souffrance que nous comprenons ressemble à la sienne plus désirée et plus aimée qu'un trésor. Père, je me suis efforcée de dire ce que j'éprouve. Mais c'est inutile. De toutes les extases que Dieu peut me donner, ce sera toujours celle de sa souffrance qui portera mon âme jusqu'à son septième ciel. Mourir d'amour en regardant mon Jésus qui souffre, je trouve que c'est la plus belle mort.
Extrait de la Traduction de “L’évangile tel qu’il m’a été révélé” de Maria Valtorta ©Centro Editoriale Valtortiano, Italie http://www.mariavaltorta.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire